Blog cg975.fr
Image default
Sciences et Technologies

Moulages élastomères : quelques précautions d’usage

Table des matières

Ancêtre de l’élastomère, la fonderie à la cire perdue aurait vu le jour quelque 1500 ans avant Jésus-Christ, probablement en Asie. Elle se répandit ensuite en Grèce puis en Italie lorsque les Romain s’emparèrent de Byzance. À la fin du 18e siècle, la technique évolua avec l’emploi de la gélatine ; une matière -identique à celle utilisée en cuisine- appréciée pour sa grande souplesse. Après 1945, un nouveau produit élastique s’imposa et avec lui une nouvelle technique : les moulages élastomères pour tirage résine

Les élastomères sont des produits pâteux qui  durcissent en refroidissant. Le durcissement rend le produit plus ou moins caoutchouteux selon qu’on y mêle des catalyseurs lents ou rapides. La dénomination RTV (Room Temperature Vulcanising, en français : vulcanisation à température ambiante) permet de graduer les différents catalyseurs disponibles sur le marché. 

Dureté variable

Car, selon le RTV employé, on obtiendra des duretés différentes : certains résistent jusqu’à 250°c et tolèrent qu’on y coule de l’étain. D’autres RTV sont plus indiqués pour y couler des produits alimentaires, et d’autres encore permettent de prendre des empreintes du corps humain sans risque. 

On utilise couramment le moulage en élastomère dans l’industrie où il est notamment apprécié pour sa grande résistance et sa souplesse. Le moulage ainsi obtenu servira de matrice pour la reproduction en série (par exemple des objets design, des sculptures décoratives ou encore la création de tirages limités). 

Dans le domaine artistique, le moulage en élastomère, approprié pour la peau, peut être aussi utilisé directement sur le corps humain, permettant dans certains cas une fidélité absolue dans la reproduction du modèle.

Faire des essais

Dans le cas des pièces fragiles, il est conseillé préalablement de faire un test. Ceci afin de ne pas abîmer l’original car un produit gras de type vaseline, cire ou démoulant silicone, peuvent altérer le modèle de façon définitive. 

Les matières présentant peu de risques d’adhérence avec les élastomères silicones sont le métal, les matières plastiques, le bois ciré et vernis, le plâtre ciré et vernis, les pièces en résine (sauf la mousse polyuréthane). En revanche, il est conseillé d’observer une grande méfiance à l’égard de matériaux qui peuvent potentiellement présenter des risques d’adhérence. C’est le cas notamment de la terre cuite, du verre, de la terre non cuite sèche, du métal émaillé, des élastomères silicones (polyaddition, polycondensation) , du plâtre brut, du bois non ciré et non vernis, des matières poreuses à l’eau, ou encore du béton cellulaire.

En cas de doute, il est toujours conseillé de faire une touche d’essai  au préalable pour tester la réactivité du produit sur la pièce. Car, en cas d’erreur, les dégâts peuvent être importants. Sur certaines pièces de valeur, on a vu le RTV silicone coller sur le support ou tacher la pièce de manière profonde et irréversible !

A lire aussi

Sécurité dans les centrales nucléaires : rien n’entre, rien ne sort

sophie

Comment améliorer la réception de votre signal mobile

Journal

Prendre soin de votre batterie d’ordinateur portable : c’est possible !

rabin

Actualités sur l’industrie du cuivre

Ines

5G : tout comprendre sur le réseau mobile du futur

Marie

S’initier aux techniques de la sublimation

Tamby